samedi 6 juillet 2002
par Url

FAUX JOURNAL


16.10.96 - 25.03.99

Introduction



Le Faux Journal




« Puisque vous n’êtes pas le premier lecteur qu’on caresse adroitement dans d’émouvantes confessions écrites quand il est trop tard pour ça, par des gens qui se sont toujours eux-mêmes projetés à travers cette idée d’or patiné que le lecteur est, à l’image de sa lecture, unique - idée plaisante - non, vous êtes celui qui déchiffre la langue et le sens de ce qui est imprimé, de ce qui est à lire, celui qui passe à côté de plus ou moins de choses dites et non dites, qui en invente une quantité non négligeable pour son seul plaisir et ferme le livre quelque part autour d’un marque-page. »

« Disons que je vous en parle, parce que c’est le livre que j’ai écrit, sans perdre le temps qui viendra à son heure de dresser des portraits et de décrire des imaginaires, sans formalités. » « Votre rôle est donc de tenir, pendant ces durées mises bout-à-bout où vous lisez, celui d’un personnage secondaire - notez bien qu’il ne s’agit aucunement de figuration. A la fin, selon vos facilités et l’expérience que vous avez de ce type de posture, quand vous aurez tous poussé la dernière page, vous connaîtrez certaines personnes, certaines choses, des idées, et cela peut-être mieux que vous-même. Certainement mieux. »

Voilà, je pense avoir détendu l’atmosphère, nos relations n’en seront que plus simples et plus directes. Allez à l’essentiel sans perdre de temps, le livre !