ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
JOURNAL
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

Cinquième note, évolutive.





En route pour la demeure d’un inconnu où nous allons encore passer l’après-midi, voilà qu’on me parle de vivre dans une bulle, sempiternelle question, de ne pas résoudre les problèmes qui se posent et de ne pas en inventer de nouveau à poser, ou les deux à la fois. On dit que je ne pense même pas à un monde meilleur, même quand les temps s’y prêtent, pas même à mon propre avenir. On se demande même si, tête en l’air, seulement, je pense, ou si je gobe les mouches, aussi efficacement.

Je foule le chemin de mes pas sur la pelouse fraîchement tondue, rêveur inutile, et j’encombre l’autoroute qu’on y verrait pousser. Des rangées d’hôtels de luxe à la place des cyprès, un aéroport sur le lit sablonneux du vieux lac, et des péages à double entrées de chaque côté des collines. Partout sur leur route, au beau milieu du champ, des visions et des plans, fût-elle pleine de vide, vide de rien, ma bulle les insulte, les contraint à la lutte, on dirait, bien loin d’apercevoir que tout autour, tout au-delà, d’un coup de vent le globe les mouche, aussi efficacement.

Mais si je ne dis rien, c’est que la gare s’approche, avec son train à prendre et ses heures de retard. Et qu’on m’y tire par la manche. Il y a un hall vitré jusqu’aux nuages sur lequel ils se penchent, par tous les temps, sur lequel ils se mirent, et, à l’abri, des gens. Le libraire a disposé les revues colorées à hauteur des enfants, mais on ne prendra pas le temps. C’est vrai que sous la pluie tout semble moins grand. Parfois même accessible au commun. Je me serais bien assis sur le banc. J’aurais bien dénoué mes lacets. J’aurais bien défait ma chaussure. Je l’aurais secouée pour faire tomber le caillou qui me rentre dans le talon. C’est vrai qu’au fond la pluie ressemble à l’habitude. Et, alors qu’on m’enfonce en plein vent dans la tête du wagon, je cherche encore une chose à dire.

D’un point à un autre, comme une bille sur une pente, d’un moment à l’autre, nous serons à destination. Ca arrivera. C’est net. Et le chat fera des ronds dans nos jambes. Mais en attendant, on cherche vainement dans le rythme des machines une explication sur la date et l’heure. Ce n’est quand même pas un train à vapeur. Il y a le flux et le reflux des globules qui me rend les joues roses d’avoir couru et l’impression globale d’un instant suspendu. Toujours au-dessus de nos têtes, la notion d’une bulle qui se détache, dans mon verre de soda, dans son verre de champagne, dans l’odeur de savon, et dont on parle sans moi, confortablement assis dans un siège en mousse élastique comme la structure de l’univers qui sous-tend, presque absent, tout ce qui nous entoure.

Je voudrais perdre mon temps à regarder la fière allure d’une mongolfière qui trône sur un parterre, une chèvre tachetée qui broute l’anse de sa nacelle, ou une vache au champ voisin qu’on embrasse du regard, et seulement rêver à tout ce que nous avons en commun. Ne pas m’intéresser aux hauts faits de l’histoire qui défilent à toute allure derrière la vitre teintée, dans les espaces de temps qui séparent deux trous noirs comme des éclairs de lucidité, mais m’attarder un peu à suivre la trajectoire lente d’un avion de ligne qui souligne d’un trait blanc les termes importants à retenir, tout seul, au point de fuite.




notes,

mercredi 21 décembre
Les champs d’automne

samedi 26 novembre
Téléphone

samedi 26 novembre
Sans date non plus

samedi 26 novembre
Sans date

samedi 30 avril
Cinquième note, évolutive.

mardi 12 octobre
Petite vanité

lundi 5 avril
Traque

mercredi 28 janvier
Quatrième note, conjonctive.

mardi 11 novembre
L’inconfort

vendredi 21 mars
Troisième note, géographique.

lundi 18 novembre
Génération de l’ineffort

samedi 12 octobre
Deuxième note, récapitulative.

vendredi 4 octobre
Première note, explicative.

samedi 28 septembre
Aux aurores assagies..

lundi 2 septembre
Fin du journal I

dimanche 28 juillet
Le jour était levé

et textes

2-11-2005
Et d’ici là.
- James Benoit

29-11-2003
Grande et belle
Normalité lisse
- Klingsor

16-10-2002
Arton99.
- James Benoit

1er-09-2002
Ici et là.
- James Benoit

21-08-2002
A Cabourg
- Klingsor

19-08-2002
A Paris
- Klingsor

6-07-2002
sans date
Balade Epiqua.
- Klingsor

Conception et réalisation Homo futuris