ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
JOURNAL
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

Deuxième note, récapitulative.





C’est plein d’erreurs, ici, des contre-vérités qui font des lois : plein de tromperies.

J’ai eu vent d’histoires qui se sont déroulées dans l’anonymat, dans l’indifférence totale, et qui ont, par la suite, conduit à l’élaboration des légendes fondatrices, les jambes d’une civilisation.

Je sortais de l’aéroport, les bras encombrés de bagages. Les taxis avaient été réservés, semblait-il, pour la soirée et le prochain bus n’était pas prévu avant le lendemain. Je restai donc là, avec mes cadeaux pour les enfants et mes frusques en pagaille, à balayer mes intentions les meilleures à cinquante centimètres du sol. A l’aller. Au retour.

Et voilà comment on retrouve de tout et de n’importe quoi, parmi les papiers gras, à tourbillonner sur le goudron en attendant qu’on le ramasse. Et qui se charrie à la benne.

C’était un rendez-vous. L’un de ceux qu’on a avec l’Histoire. Un traité à signer avec l’affiliation des gouvernements. Une charte déambulatoire sur l’étendue des libertés qui n’avait pour l’heure encore pour moi ni queue ni tête, ni rien du tout. Pas encore le moindre sens, pas la moindre valeur. Juste de quoi donner du poids à la direction des états et convaincre qu’ils ne chôment pas.

Mais j’avais dans mes valises un tissu de mensonges et la trame d’un récit, toutes sortes d’excuses à quoi se raccrocher pour faire bonne figure mais pas de quoi grimper aux rideaux. C’est ce qu’on appelle être chargé des affaires courantes, et donc celles qui ne marchent pas.

J’arrivai à destination, enfin, tard dans la nuit, bien après la bataille, à court de civilités et dans un sale état, tout à l’instar de ma nation, comme les choses se font : quand on n’a pas de tête, on a des jambes. On avait ratifié. On avait paraphé. On avait commenté et amandé. Une décision avait été reportée, un autre rendez-vous donné. La réception allait commencer.

Et là-dedans, difficile à croire à moins d’être indécrottablement évolutiste dans le sang, quelque chose était important et allait induire une succession d’incidents, plus ou moins heureux, capitaux pour la suite des événements et l’avenir de mes enfants.




notes,

mercredi 21 décembre
Les champs d’automne

samedi 26 novembre
Téléphone

samedi 26 novembre
Sans date non plus

samedi 26 novembre
Sans date

samedi 30 avril
Cinquième note, évolutive.

mardi 12 octobre
Petite vanité

lundi 5 avril
Traque

mercredi 28 janvier
Quatrième note, conjonctive.

mardi 11 novembre
L’inconfort

vendredi 21 mars
Troisième note, géographique.

lundi 18 novembre
Génération de l’ineffort

samedi 12 octobre
Deuxième note, récapitulative.

vendredi 4 octobre
Première note, explicative.

samedi 28 septembre
Aux aurores assagies..

lundi 2 septembre
Fin du journal I

dimanche 28 juillet
Le jour était levé

et textes

2-11-2005
Et d’ici là.
- James Benoit

29-11-2003
Grande et belle
Normalité lisse
- Klingsor

16-10-2002
Arton99.
- James Benoit

1er-09-2002
Ici et là.
- James Benoit

21-08-2002
A Cabourg
- Klingsor

19-08-2002
A Paris
- Klingsor

6-07-2002
sans date
Balade Epiqua.
- Klingsor

Conception et réalisation Homo futuris