samedi 26 novembre 2011
par Klingsor

NOTES SUR LE JOURNAL


Madagascar



A Ifaty




La France est loin et je regarde l’Afrique, l’onde et les amers m’attirent et me tiennent à distance. Ici on manque de tout et je me sens encore d’écrire des choses ridicules. Pourtant les gens ont l’essentiel et le laissent voir à chaque sourire. Demain soir et après, à Tananarive, le voyage se refermera et je ne reviendrai pas intact.

Le soleil se tend, l’océan s’effeuille sur le rivage en nappes calmes.

Avoir de la tête et du corps. Il faut chercher la motivation et le sens. Le pourquoi et l’ « à quoi bon ? ». Et maintenant que veux-tu. Que veux-tu vouloir ? Nous allons nous donner le temps. Mora mora.

Maintenant, je sais que je suis sur le chemin.