ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
FAUX JOURNAL
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

Toute la vérité sur l’affaire X.





 

Il y a ce rictus que je déteste qui apparaît à certains moments sur mon visage. Je ne suis même pas certain qu’il s’agisse d’un signe de plaisir. Peut-être plutôt du dégoût. Il zèbre ma bouche, de biais, en fronce les commissures. J’essaye de le contrôler en détendant mes narines et ma lèvre supérieure, et ça me donne un air niais. Que je préfère. Mais à l’analyse, il semble que ce rictus apparaisse dans certaines situations où je me sentirais faux. Et la fausseté de mon air niais aggrave cette sensation.

Ma cellule s’étend sur deux mètres carrés d’horizon sans barreaux. Au-delà, il n’y a rien. Le dédale des couloirs qui parcourent l’espace des douches au réfectoire fait des nœuds inextricables. On y croise des nombrils, des visages et du plâtre que le simple fait d’exister semble suffire à émouvoir. Les hommes ici, n’ont pas de queue, n’ont pas de tête. A commencer par l’odorat, j’y perdrai tous mes sens, et au bout, moi aussi, on m’appellera X, par souci d’anonymat.

Ce n’est pas une fuite. J’aime le rapport avec les gens, même si je suspecte qu’en deçà, là où ça remue, il y a un doute. C’est comme un frisson qui me parcourt au moindre écart, au moindre ajout. Pas même encore un mensonge. Je déteste les mensonges. Même le fait de dire bonjour. Au fond, je dirais que c’est tout ce qui est faux qui me dégoûte. Et bonjour en premier. Alors, je tire sur ma peau avec la paume de mes mains pour la retendre comme un tambour. Saleté de rictus.

J’en voudrais un masque. Un nouveau. Avec des trous dedans pour que cette fois j’y voie. Je voudrais un lifting pour que tout glisse dans l’huile. Les rides sont là où s’accroche le temps, et moi, je n’en ai pas. Que les mots soient d’une autre langue. Que le spectacle recommence, cette fois dans la lumière.

Au-delà il y a à plaider. Les affaires judiciaires. Des gens sérieux qui raisonnent en robes noires. Pas comme moi. Moi qui passe mon temps à sourire pour me blanchir de tout. Un marteau qui frappe les sentences. Des décisions arrêtées. Un univers fait tout entier de la recherche de la vérité, comme au cinéma, quitte à la décider par le vote majoritaire des personnes innocentes, ignorantes, quitte à la tirer tout entière aux dés, une bonne fois, et en finir avec ça.

En finir avec les abris bus pour passer les heures, les salles vides des théâtres pendant qu’on y passe l’aspirateur, les petits parcours dans les grandes surfaces entre poids chiches et sanibroyeurs, les bancs dans les parcs à nourrir les pigeons, et puis les piles de documentations, glanées dans les salles d’attentes, apprises par cœur, et qui vacillent sur la hauteur dans un recoin discret du grenier. Un échafaudage pour le supplice. Tout pour laisser penser que j’ai une vie en dehors du foyer.

On connaît cette histoire. Rentrer tard et fatigué, les jambes coupées à faire le tour du quartier. Un reste de repas vite fait avalé sur un coin de saladier. Un baiser aux enfants qui dorment à poings fermés, et aller se coucher. C’est cet épuisant séminaire d’orthodontie. J’aime la Suisse, mais je m’en serais passé. Un repas avec le formateur et le ministre de la santé. Un rien copieux. Quelqu’un de formidable. Raté le dernier train. J’ai mal aux reins.

Et puis le principal. Un fond de colère, omniprésent, dont le contrôle me prend le plus clair de mon temps et la majeure partie de mon énergie. Ca me rend tendu, mal à l’aise, assez agressif, raisonnablement sarcastique, aussi, absurdement dominant et vengeur. Vengeur petit, comme on en connaît des gagnants.

Cette colère, quand elle se mêle à l’écœurement, qui me donne parfois de l’humour. Un humour plein d’humanité, dit-on. C’est peut-être cette ressource là qui m’a longtemps permis de ne pas tuer, au moins moi-même. Plus une sainte frayeur de la souffrance, de la chair et du sang. Et un attrait pour l’abominable et le monstrueux, qui m’ont tous deux traîné pendant des années de parcs zoologiques en sous-sols de holdings, et de parkings en parkings, à passer des journées entre deux magasines.

Je n’aurais jamais su être praticien. J’ai raté tous mes examens. Il a bien fallu que j’invente. Ca ne pouvait pas être bien grave. Ca faisait tellement plaisir à tout le monde. On a fêté mes succès, entre amis, en famille, et maman a passé ses dernières années dans la fierté. Elle, une fille d’exilés. J’étais cité dans les soirées. Bientôt on me croirait riche. On voudrait m’inviter à la télé. J’étais fait comme un rat. Prisonnier de mes mots. Ma femme était mariée à un homme respecté. Mes enfants avaient un bon père, et un avenir dégagé. Au fond, j’aurais bien assassiné toute ma famille, dans la nuit, au fusil de chasse, pour sortir d’une petite invention qui avait fait plus que son époque.






notes,

mercredi 21 décembre
Les champs d’automne

samedi 26 novembre
Téléphone

samedi 26 novembre
Sans date non plus

samedi 26 novembre
Sans date

samedi 30 avril
Cinquième note, évolutive.

mardi 12 octobre
Petite vanité

lundi 5 avril
Traque

mercredi 28 janvier
Quatrième note, conjonctive.

mardi 11 novembre
L’inconfort

vendredi 21 mars
Troisième note, géographique.

lundi 18 novembre
Génération de l’ineffort

samedi 12 octobre
Deuxième note, récapitulative.

vendredi 4 octobre
Première note, explicative.

samedi 28 septembre
Aux aurores assagies..

lundi 2 septembre
Fin du journal I

dimanche 28 juillet
Le jour était levé

textes

15-04-2008
Verticales
- James Benoit

24-12-2007
Reptile - 6 - Lentement, comme de lui-même.
- James Benoit

10-12-2007
Reptile - 5 - Les discussions font encore rage.
- James Benoit

28-11-2007
Reptile - 4 - On ne fait pas ce qu’on veut.
- James Benoit

19-11-2007
Reptile - 3 - Un peu de tout et n’importe quoi.
- James Benoit

6-11-2007
Reptile - 2 - Direction est donc prise.
- James Benoit

13-06-2007
Reptile - 1 - Sur les photographies.
- James Benoit

15-01-2007
Amoures propres.
- James Benoit

15-12-2006
La mélodie des dieux.
- James Benoit

5-02-2006
Animal de foi.
- James Benoit

Conception et réalisation Homo futuris