ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
LA BALLADE DE L’HIPPOCAMPE
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

69





Déjà parvenus dans la lumière dans la salle des fêtes, le vieil homme arrêta le comédien à ces mots sur le seuil de l’arrière scène. Il le retint par les épaules et le saisit au bout de ses bras en l’observant profondément dans les yeux. Puis il prit une longue inspiration et dit : "Alors n’essayez plus."

Alors, ils se remirent en marche, se dirigeant vers une population féminine coincée entre le jambon fumé, les saumons et la pièce montée. Le comédien s’étonna. Il se braqua une seconde, puis passa le seuil de la salle du buffet en tonnant : "vous avez raison." L’habilleuse trônait à son bout de salle, au coin des condiments, dans un déshabillé de soie.

Elle picorait des choux à la crème.

Sa coiffe simple aérait ses yeux purs et des boucles couleur émeraude allaient jusqu’à caresser ses épaules comme une envie de lui faire l’amour.

Le comédien frondait sous le charme et clamait : "Je peux pas y aller !" Mais le vieil homme le poussait, et lorsqu’il fut tout en face d’elle, il tourna son menton par-dessus son épaule et lui chuchota : "Je sais : je vais l’inviter au cinéma !" Il répondit par un simple signe du pouce rejoignant le majeur pour lui témoigner son parfait accord, ainsi que souligner la perfection du modèle. Puis il prit un verre rempli d’alcool sur un plateau qui passait par-là et ajouta : "C’est bien !", avant de se noyer dedans.

La porte battit à côté. L’éclairagiste rentrait à cet instant de sa vente de cigarettes et repliait son parapluie à la porte. Ses cheveux gouttaient sur ses épaules, l’eau lui dégoulinait dans le dos, glissait le long de son pantalon trempé et formait une mare à ses pieds. Il appela d’un signe le machiniste attentif et gara son parapluie au bras du perroquet. Trois pas après, tous deux se retournèrent face au mur dans une zone mal éclairée de la salle. Une liasse de larges billets rouges sortit de sa poche claqua dans sa paume dans un bruit mouillé. Au machiniste qui roulait deux énormes yeux, il chuchota fièrement : "Contrebande, pognon ! Y’a de quoi s’en payer une tranche, hein ?" Et celui-ci fut un peu rassuré.

Les billets commenceraient à passer entre ses mains, se redressant légèrement au contact de ses doigts. Le partage se fit à cinquante-cinquante parce que l’éclairagiste, sous ses faux airs, était un homme honnête et généreux, ce que le machiniste respectait avec compassion. Lui demandant ce qu’il comptait faire de tout son liquide, l’éclairagiste lui répondit : "Les femmes, pardi !" Personne ne pouvait être parfait.

Il ne put alors s’empêcher de revenir à ses origines ecclésiastiques et de le sermonner amicalement : "Tu vois Lambda, l’amour c’est comme passer la nuit en position assise sur une tête d’épingle, le nez plongé dans un champ d’étoiles de mer : tu ne peux pas éviter les moustiques.

Tout ne peut pas être toujours aussi inconsistant.

Imagine : si je partais vers la loge de la comédienne, je traverserais les couloirs maintenant déserts, vite, en roulant des mécaniques, et je m’arrêterais peut-être devant un cintre. Je prendrais une veste à paillettes qui semblerait bien m’aller. Bien sûr, je ferais sauter quelques boutons en l’enfilant mais aussi j’en serais satisfait et je continuerais mon parcours.

Après un premier virage, je me mettrais à fouiller dans une malle à chaussures et j’en sortirais une paire de souliers vernis, taille géant. Je croiserais le marionnettiste qui sortirait de sa loge et je lui négocierais sa cravate pour rien. Et enfin, c’est dans les vêtements d’un prince que je frapperais à la loge de la comédienne."

L’éclairagiste plongeait dans l’histoire comme dans une baignoire tiède et ne put retenir un accord vibrant : "Trop facile, bien sûr." Puis il continua à fondre dans son verre.

Mais le machiniste poursuivait, mimant ses actions : "Non, elle ne répondrait pas immédiatement. Et ce serait, alors que je me déciderais à frapper à nouveau, qu’elle entrebâillerait la porte : "C’est pour quoi ?", qu’elle dirait. Moi, j’aurais l’air de la mafia, le chapeau tombant sur l’œil, cigare entre les dents, je ne lui répondrais pas. C’est seulement quand elle commencerait à avoir la frousse que je lui expliquerais, avec une grosse voix chuintante et graveleuse à l’italienne, qu’elle aurait le droit d’accepter que je l’invite au restaurant, façon immédiatement."






notes,

vendredi 2 août
Cahiers - IV

textes

2-01-2005
La Ballade de l’Hippocampe.
1973
- James Benoit

26-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
72
- James Benoit

19-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
71
- James Benoit

12-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
70
- James Benoit

7-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
69
- James Benoit

28-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
68
- James Benoit

21-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
67
- James Benoit

14-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
66
- James Benoit

7-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
65
- James Benoit

31-10-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
64
- James Benoit

Conception et réalisation Homo futuris