ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
LA BALLADE DE L’HIPPOCAMPE
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

32





Alors que le pianiste s’inclinait succinctement et tournait les talons, le piano s’avachissait derrière lui dans un nuage de poussière et d’éclats de bois vermoulu.

L’éclairagiste, professionnel, coupait les projecteurs de noir et de blanc. Il se roula en vitesse quelques cigarettes de plus.

Le machiniste qui s’était endormi, enroulé dans un pli du rideau, se levait, les yeux gonflés de sommeil noir.

Les ambulanciers en tenue arrivaient doucement. Ils sifflotaient encore en chargeant le mort sur le brancard. Puis, le mettant sous perfusion, ils commençaient les massages cardiaques et le bouche-à-bouche, avec une discrétion d’urgence.

Un inspecteur prévenant commençait son enquête en interrogeant un témoin arrivé là trop tard qui n’avait rien vu.

Le metteur en scène, comblé de satisfaction, applaudissait à tout rompre. Il interpella l’éclairagiste jusque dans ses sphères : "C’est la pièce la plus folle que je n’aie jamais monté, ha oui ! Et ça ce passe bien là, hein ? Oui, je crois qu’on tient le bon bout maintenant..."

Un chirurgien dentiste, appelé là pour rien par un plaisantin téléphonique, repartait à bout de nerf. Il pleurait les larmes de son corps.

La porte claqua. Silence médusé de la salle transparente et visqueuse. Quelques mains frappent.

La comédienne n’avait pas attendu que le rideau fût totalement fermé avant de tousser, cracher, ravaler sa salive et foncer aux W-C en courant les mains devant la bouche.

Le comédien, lui, resta assis un moment tout seul, les bras écartés, le cou tendu et la bouche entrouverte, la figure couverte de postillons, aussi calme qu’hypnotisé au milieu de la tempête.

Il finit par ouvrir les yeux, et il se dressa alors comme une tige.

Il fonça, d’une démarche de robot, arracher son calepin et son crayon à sa loge. Sans même s’essuyer, il se saisit au vol du manuel de mathématique qui soutenait le pied d’un tabouret et le coinça sous son bras. Contournant son armoire à glaces, il alla débusquer le tapis-bureau qui se recroquevillait dans un coin de sa loge. Il fit de la place au sol, en soufflant sur la poussière, et déroula le tapis dans toute sa verdeur ; le tissage persan dessinait une scène érotique au milieu d’un sous-bois.

Le temps que les pieds de bois mou finissent de flageller et se stabilisent en hauteur, et que le plateau les surmontant devienne solide, il attrapa les ustensiles projetés dans les airs par le mécanisme, et il disposa ainsi d’un bureau équipé de toutes les options : la lampe courbée était déjà allumée, le sous-main flambant neuf sentait le cuir de bonne qualité, le porte-plume garnit brillait de stylos en inox, le pot d’encre était rempli, le tiroir à documents était déjà plein et sa clef était posée sur le presse papier. Il l’attrapa, ouvrit le tiroir, le secoua nerveusement et en renversa le contenu sur le tapis. Puis il fouilla d’une main tremblante d’émotion parmi les décombres pour en extirper victorieux un vieil exemplaire de règle à calculer, en bois.

Ainsi outillé, il s’assit dans son siège de ministre et posa ses quelques opérations de première urgence sur un coin de page blanche. Sortant d’un autre coin un paquet de feuilles neuves, il reprit sa respiration. Puis il commença à compter rapidement sur ses doigts et à tracer des barres, rectilignes pour les dizaines, barrées par groupe de dix pour les centaines.

Il plongea son nez tour à tour dans son manuel et dans son calepin, dans un mouvement de va et vient effréné, et trifouilla sa machine dans tous les sens. Il griffonna des fractions par grappes et des chiffres illisibles, entremêlés. Il empila ses feuilles noircies bien proprement sur le coin de son bureau, puis il revint sur le tout, relut, soupira, grogna, chiffonna ses papiers et bourra sa corbeille, en tassant du pied ce qui dépassait, et recommença patiemment à tailler son crayon et à prendre des notes en se grattant la tête.






notes,

vendredi 2 août
Cahiers - IV

textes

2-01-2005
La Ballade de l’Hippocampe.
1973
- James Benoit

26-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
72
- James Benoit

19-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
71
- James Benoit

12-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
70
- James Benoit

7-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
69
- James Benoit

28-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
68
- James Benoit

21-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
67
- James Benoit

14-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
66
- James Benoit

7-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
65
- James Benoit

31-10-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
64
- James Benoit

Conception et réalisation Homo futuris