ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
LA BALLADE DE L’HIPPOCAMPE
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

15





Toutes ses dents dehors et ses lèvres déployées dans un sourire généreux, un morceau de laine hydrophile imbibée de beurre de toilette vint éponger la couche de maquillage sur la bouche du comédien.

C’était le temps des grimaces, temps de revoir son reflet tristement dans le miroir cerné d’ampoules grillées et de rubis en toc, tirer sa peau de tout côté, racler les coins et les entournures, nettoyer le mascara et le fond de teint comme les traces d’une existence passée dont on foule la mémoire au profit de l’espoir, dans un grand vent d’orage.

La rumeur de la salle parvenait à la loge comme les grondements d’une bête fauve qui rôde et pressait chaque mouvement du comédien de sa masse impalpable, rendant le geste tremblant, presque dénaturé. Ses doigts moites, ripaient sur les surfaces lisses et se crispaient sur les contours saillants. Son œil frôlait du coin de son orbite l’espace tranchant de son désolement. Une solitude pâteuse imprégnait ses vêtements jusqu’à l’étouffement.

Pressé d’un geste lent, le tube de démaquillant se vida à moitié dans le creux de son gant. Il dut finalement s’en barbouiller du front au menton et essuyer les restes sur sa nuque, puis finalement sur son pantalon.

Les oreilles trempées et les yeux piqués par la mousse, il dépouilla à tâtons un pot de boules de laine et y enfouit son visage. Mais, au détour d’une narine, au moment de ramasser une coulure grasse à la commissure de ses lèvres, il lui arriva une idée à lui faire dresser les cheveux sur le crâne. Son tremblement vira immédiatement de texture, de la gelée grasse à la lame d’acier.

Il se tendit brusquement son cou vers le miroir qui lui faisait face et s’approcha jusqu’à y coller son nez. Puis il se regarda bien profondément d’un œil dans l’autre et se confia : "Je me trouve un peu pâle."

"C’est à force de s’enfermer que ça vient", répondit Justin avec détachement, son ombre portée sur le reflet du miroir, "C’est normal, on respire peu par ici."

Le comédien laissa tomber sa mâchoire de surprise, sans plus se soucier de ce qui pouvait y entrer, et, commençant par un râle à demi gargouillant, il finit par lâcher : "Comment ?", puis il bondit de quelques centimètres sur son siège.

Justin, se redressant fièrement dans l’épaisseur de son dossier, croisa les bras en expirant : "Enfin, c’est clair comme de l’eau de roche, il n’y a pas plus d’air ici qu’au fond d’un bocal. Rien de neuf, toujours le même appareil, et pas de courant dans les placards". Puis il marqua une pause réflexive avant de ponctuer : "On tourne en rond !"

Le comédien bredouillait quelques commentaires noyés dans les replis de sa langue. Et, prenant soudain conscience de sa propre présence, il se retourna vivement pour vérifier si personne ne lui jouait un tour, caché dans sa malle ou derrière une armoire. Il allait lancer une menace de représailles lorsque Justin lui coupa le souffle au raz des lèvres en enchaînant : "Bref, toutes ces décorations qui scintillent, ces dorures, ces paillettes, elles finissent par nous coller à la peau, comme une couche d’écailles. Cela ne signifie rien." Alors, il marqua comme le temps d’arrêt nécessaire à la prise d’une photographie, la main mollement tendue, le regard entre-clos.

Affaissant tous ses muscles, il se retourna, puis, voulant prendre l’air de rien, il gratta négligemment de l’ongle au miroir, intérieurement braqué de méfiance sur toute fuite possible, comme pour en tester la résistance souple.

Il ne se décida à troubler son silence que lorsqu’il fut à peu près rassuré sur la validité de sa matière. Dubitatif, il répliqua : "Tourner, je veux dire, en rond ? Bien. Mais, ça, c’est mon métier. C’est ce qu’on attend de moi. Non ?" Et il plissa les sourcils énigmatiquement.






notes,

vendredi 2 août
Cahiers - IV

textes

2-01-2005
La Ballade de l’Hippocampe.
1973
- James Benoit

26-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
72
- James Benoit

19-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
71
- James Benoit

12-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
70
- James Benoit

7-12-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
69
- James Benoit

28-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
68
- James Benoit

21-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
67
- James Benoit

14-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
66
- James Benoit

7-11-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
65
- James Benoit

31-10-2004
La Ballade de l’Hippocampe.
64
- James Benoit

Conception et réalisation Homo futuris