ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
NOTES SUR LE JOURNAL
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

Notes VII





 

Ecriture le 2 mars pour le 26 janvier.

Lecture à la lumière des phares, d’aventures figées ou d’images de demain. Une pauvreté de passage ponctue ces soirée d’heures contées péniblement, comme des récifs et parfois de simples et grossiers galets. La veillée retrouve un air de clan où les hommes sont primitifs et les femmes plus belles qu’ailleurs. Mais on ne peut voir de cela qu’ombres et scintillements rares, mais ce sont des amis chers aussitôt. Malgré eux souvent car ils passent, vite, terriblement silencieux. Il n’est donc pas innocent que plusieurs passent ensemble et apparaissent, qu’imprudemment ils commencent à s’aimer dans la nuit percée de deux yeux tenus à distance par cette même nuit. Le manège reprendra demain, et ensuite indéfiniment, et ils seront restés aussi jeunes.

26.01.99

*

Valoir la peine ; étendre les bras jusqu’aux retards de l’horizon. Vite fait ; épleurée, la vieille femme arrivée. Palier à la veine ; l’or à retendre qu’ils portent tard dans leurs bars, vite fait et, Sombre, leurs ombres sombrent et passent.

*

Ecrire à la mer son bonjour. Par des intermédiaires doux, forcément. Ménager la monture, le messager où le message se perd, dit-on. Demain, c’est plus clair ; on y perd moins de sa salive en virgules étudiées.

*

Palier à l’oral ; qui sous-entend et pue, suinte de sales histoires et puis du bon vouloir des sœurs cachées, même de rien, obstruent simplement les insupportables.

*

Divers. Plusieurs. Rarement tard, mais impossible de les éviter ni de savoir s’ils sont connus de quelqu’un au village, si quelque part ils sont attendus autour d’un feu. Dommage. Chaque feu est le sien, le nôtre ; une heure sous la feuille perdue de l’arbre aux sentiments, des mots étranges raccommodés vivent là, ils se hâtent, émancipés ou perdus.

*

Palier à donner en début : faites vite ! Jamais il ne dort.

Rappel à ce propos du papier 16 82-7CA imaginant la présence d’hymnes présents par essence, par usure, l’air s’en craquelle à tout bout de champ entre les interlocuteurs du roman. Momentanément l’un, puis l’autre, plusieurs d’entre eux s’en emparent d’une aspiration discrète qui surgit sur les adversaires décapités, brandis au bout de pics.

07.03.99






 


 


 


 


 


 



Mots,

Chantier
fenêtre
notes,

mercredi 21 décembre
Les champs d’automne

samedi 26 novembre
Téléphone

samedi 26 novembre
Sans date non plus

samedi 26 novembre
Sans date

samedi 30 avril
Cinquième note, évolutive.

mardi 12 octobre
Petite vanité

lundi 5 avril
Traque

mercredi 28 janvier
Quatrième note, conjonctive.

mardi 11 novembre
L’inconfort

vendredi 21 mars
Troisième note, géographique.

lundi 18 novembre
Génération de l’ineffort

samedi 12 octobre
Deuxième note, récapitulative.

vendredi 4 octobre
Première note, explicative.

samedi 28 septembre
Aux aurores assagies..

lundi 2 septembre
Fin du journal I

dimanche 28 juillet
Le jour était levé

textes

26-11-2011
Madagascar
A Ifaty
- Klingsor

18-04-2003
Notes VII
Notes du Journal II
- Klingsor

16-01-2003
Notes VI
Notes du Journal II
- Klingsor

18-11-2002
Notes V
Notes du Journal I
- Klingsor

12-10-2002
Notes IV
Notes du Journal I
- Klingsor

25-09-2002
Notes III
Notes du Journal I
- Klingsor

19-09-2002
Notes II
Notes du Journal I
- Klingsor

13-08-2002
Oct.-nov. 1997
Notes I
Notes du Journal I
- Klingsor

Conception et réalisation Homo futuris