ACCUEIL JOURNAL ROMAN.COM CARNETS

 
JOURNAL I
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .
  .

Navajo Aluminium





Le 31, il pleut des cordes. Elles s’infiltrent dans le béton après être d’abord devenues grises comme le ciel, rappelant d’ailleurs la texture livide des salles de bains à l’aube.




 

Salsa dans la cafétéria. Les aluminiums de cuisines de restauration publique singent le chrome dans le décorum moderne des panneaux de blindage vierges rivés aux cloisons, eux-mêmes suspendus par de minuscules fermetures éclair à la mode.

Projection : dans la salle, obscurcie par les hauts rideaux opaques tirés sur les baies en angle, l’écran déroulé attend, cachant partiellement le tableau d’école, tout en longueur. Une première diapositive vient jaunir la surface d’un quadrilatère quelconque flottant sur la toile. La reproduction photographiée dans la page de l’ultime réédition d’un livre loin de faire l’unanimité des spécialistes présente le cliché d’une peinture de sable des indiens dits Navajo ou un nom comme ça, rapportée à l’échelle livresque et sous-titrée d’un texte illisible, est apparue au milieu du cadre lumineux, quelque peu déformée et vaguement nette du fait de l’usure de la diapo, des inévitables divergences à l’origine de zones de flou que les tâches indélébiles qui appartiennent elles au fond blanc de l’écran ne réajustent d’ailleurs en rien. Mais depuis que j’ai commencé ma phrase, deux autres photos ont été visionnées. Je manque d’attention.

La fumée de plusieurs cigarettes vacille dans toute la pièce, formant des nappes immobiles en stagnation dans l’espace. La flamme d’une bougie, malmenée, menace de s’éteindre. Si je ferme la fenêtre, l’air ne se renouvellera pas. J’espère que le vent tombera. Mais le vent se lève, et il croît. Des gouttes de pluie toquent au carreau, elles aussi chahutées dans l’air brusque. Un air glacial qui me fait frissonner, je me frictionne les jambes. Là encore, se couvrir lourdement, ou bien garder la liberté de mes mouvements.

Le sable coloré des dessins sur le sol s’envole, pour s’éparpiller sur les pages du livre d’Art Amérindien. Les Navajo savent quel dieu combler quand le ciel se charge. Et puis toujours ce train qui meugle dans le désert...

Les dunes cessent un instant d’avancer sous les lourdes gouttes et une sorte de croûte lunaire de studios de cinéma se forme sur les colosses. Derrière les rideaux noirs, pas un soleil ni aucune lune pleine ne justifient plus qu’ils soient tirés, mais c’est tout de même éblouissant. Une fenêtre est restée ouverte quelque part, et des visiteurs nocturnes s’aventurent à la pousser. C’est à quelques lieues d’ici, et ils s’introduisent et ils furètent entre les tables et le bureau, passent la porte, le couloir, descendent l’escalier. Ils descendent, tournent, dévalent d’autres marches, sans un bruit, courbés. Au rez-de-chaussée ils suivent les veilleuses des sorties de secours, forcent les battants et considèrent, immobiles, la salle derrière le bar. Les brillants argents du comptoir reflètent les voyants figés de la machinerie silencieuse. Des mains courent sur les aluminiums et les zincs, enferment un nouvel angle, descendent le long des arrêtes et leur course effleure tout, autour des robinets, des cuves et des percolateurs endormis. Un petit crissement accompagne chacun de ces gestes. Tout est rapidement visité, senti, découvert. Ils laissent vite tout en plant et dans un ordre parfait avant de s’en aller finalement en déplaçant les murs. Un moment encore ; ils soufflent sur leurs manches. A les voir ils ôtent comme de la poussière de leurs vêtements et de leur peau brune incrustés de ce sable fin. Puis ils soulèvent la base d’une plinthe et disparaissent dans un dernier bruit de rideau métallique.






notes,

mercredi 21 décembre
Les champs d’automne

samedi 26 novembre
Téléphone

samedi 26 novembre
Sans date non plus

samedi 26 novembre
Sans date

samedi 30 avril
Cinquième note, évolutive.

mardi 12 octobre
Petite vanité

lundi 5 avril
Traque

mercredi 28 janvier
Quatrième note, conjonctive.

mardi 11 novembre
L’inconfort

vendredi 21 mars
Troisième note, géographique.

lundi 18 novembre
Génération de l’ineffort

samedi 12 octobre
Deuxième note, récapitulative.

vendredi 4 octobre
Première note, explicative.

samedi 28 septembre
Aux aurores assagies..

lundi 2 septembre
Fin du journal I

dimanche 28 juillet
Le jour était levé

textes

13-03-2008
Colloïdes.
- James Benoit

16-02-2008
Autre chose - 2 - Ca va se savoir.
- James Benoit

20-01-2008
Autre chose - 1 - Il faut l’avouer.
- James Benoit

15-10-2006
La Nation, La Banlieue d’Eden.
- James Benoit

15-09-2006
Silencieusement.
- James Benoit

8-10-2005
Tel.
- James Benoit

6-08-2005
Des raisons d’agir.
- James Benoit

1er-04-2005
Depuis l’aéroport.
- James Benoit

5-06-2004
La chose en question, VI.
- James Benoit

1er-04-2004
La Chose en question, V.
- James Benoit

Conception et réalisation Homo futuris